Rechercher
  • CyberDetection

L'Organisation maritime internationale touchée par une cyberattaque "sophistiquée"

Article paru dans https://www.usine-digitale.fr/ le 07 octobre 2020 par Alice VITARD.


L'Organisation maritime internationale a fait les frais d'une attaque informatique. Les conséquences restent minimes et les systèmes touchés ont été restaurés. Mais l'incident aurait pu être plus grave pour cette agence de l'ONU, qui a la responsabilité de 400 000 marins, toujours bloqués en mer à cause des restrictions de trafic liées à la pandémie.


L'Organisation maritime internationale (IMO), une agence de l'Organisation des Nations Unies chargée des questions maritimes, a été victime d'une "cyberattaque sophistiquée". Dans un communiqué de presse, repéré par ZDNet, l'institution précise que les systèmes touchés ont été restaurés depuis.


LA PLATEFORME DE RÉUNION N'A PAS ÉTÉ TOUCHÉE


Pour éviter la propagation du malware, "le Secrétariat a fermé les systèmes clés". L'attaque, dont la nature n'est pas précisée, a provoqué le dysfonctionnement d'un certain de nombre de services en ligne de l'IMO. De leurs côtés, le système de messagerie et la plateforme de conférence pour les réunions virtuelles n'ont pas été affectés par l'incident. Par ailleurs, l'IMO ne fait état d'aucun vol des données.


Des experts internationaux en sécurité informatique ont été dépêchés sur le terrain pour "restaurer les systèmes dès que possible, identifier la source de l'attaque et améliorer les systèmes d'information", détaille l'IMO. Elle ne précise pas si une enquête judiciaire a été ouverte.


LE SYSTÈME DE SAUVEGARDE SERAIT RÉGULIÈREMENT TESTÉ


"Les serveurs de fichiers du siège de l'OMI sont situés au Royaume-Uni, avec des systèmes de sauvegarde étendus à Genève. Le système de sauvegarde et de restauration est régulièrement testé", précise l'agence internationale. Pour s'introduire dans les systèmes d'information, les cyberattaquants ont donc "surmonté les mesures de sécurité rigoureuses", selon l'organisme.


Les conséquences de l'attaque auraient pu être beaucoup plus importantes. En plus d'être le régulateur des océans, l'IMO a un rôle central dans la gestion de la crise sanitaire. En effet, environ 400 000 marins sont bloqués à bord de navires, en vertu des restrictions en matière de voyage et de transit. En bloquant les systèmes d'information, les hackers auraient pu empêcher la tenue de réunion ou la transmission de données nécessaires à la gestion de cette crise.


L'ONU A DISSIMULÉ UN VOL DES DONNÉES


Ce n'est pas la première fois qu'une organisation internationale est victime d'une attaque informatique. L'Organisation des Nations Unies en a fait les frais durant l'été 2019 provoquant la fuite des données de 4000 employés. Mais ce n'est que 6 mois plus que l'ONU a reconnu cette attaque, mise sous pression par les médias.



À LIRE AUSSI :

Le transporteur CMA CGM torpillé par un ransomware

LA CYBERSÉCURITÉ POUR PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

DÉTECTION PAR ANTICIPATION

DES CYBERMENACES

Logo_journal_de_la_cybersécurité.png

L'actualité Cybersécurité &

Les nouveautés CyberDetection !